was successfully added to your cart.

novembre 2013 - Cortège d'anges

Un peu d’histoire…

Posted by | Non classé | No Comments

 Un siècle de mariages en photos…

 Fin 19ème siècle

http://image-photos.linternaute.com/image_photo/750/7441369892/928049.jpg

Avant la Première Guerre mondiale, la jeune femme ne s’habillait pas nécessairement en blanc afin de pouvoir réutiliser sa robe à d’autres occasions.

Debut 20ème siècle

http://image-photos.linternaute.com/image_photo/750/1316092437/1352579.jpg 

Autrefois, le voile symbolisait la virginité et l’innocence de la mariée 

1901

http://3.bp.blogspot.com/-CPZ-iSI5_T0/TnhQZs12xSI/AAAAAAAAAPw/UlL9a-Ox-W0/s1600/DSC04768.JPG
 Au début du XXe siècle, le jeune homme devait envoyer quelqu’un voir le père de la future mariée pour lui demander sa main avant même de pouvoir la fréquenter. 

Années 20

http://image-photos.linternaute.com/image_photo/750/1837364270/1431426.jpg
Dans la tradition, la jeune femme doit se tenir à gauche de son époux tout au long de la journée du mariage 
http://image-photos.linternaute.com/image_photo/750/2584649921/957150.jpg

Années 30

http://86.img.v4.skyrock.net/2438/69762438/pics/2787503916_1.jpg 
Les deux futurs époux n’étaient pas censés vivre sous le même toit avant le mariage. 
http://oj.deville.free.fr/imagesJD/trombinoscope/Deville_Romaine_Mariage.jpg
Avant même de pouvoir se marier, le jeune homme devait être en mesure d’apporter un foyer à sa future femme. 
 http://p6.storage.canalblog.com/69/94/402233/26760800.jpg 
http://image-photos.linternaute.com/image_photo/750/1229685590/1126998.jpg

Années 40

http://i-cms.linternaute.com/image_cms/original/430419-les-demoiselles-d-honneur.jpg 
Au même titre que le bouquet pour la mariée, le marié pouvait envoyer ses gants à ses amis encore célibataires. Celui qui l’attrapait serait le prochain à se marier. 

Années 50

Aujourd’hui désuète, la tradition du pot de chambre voulait que les mariés se promènent dans une charrette tirée par un âne avec cet objet avec eux. Le lendemain, les jeunes invités du mariage devaient retrouver les mariés partis se cacher pour leur rapporter ce pot de chambre. 

Années 60

http://image-photos.linternaute.com/image_photo/750/1389576211/1258396.jpg
Il n’était pas rare de voir le frère et la sœur mariés le même jour, probablement afin de grouper les réceptions.

Années 70

Si, aujourd’hui, les photographies des mariés se font beaucoup en plein air, le studio a été la tendance jusque dans les années 1970 

Années 80

http://a392.idata.over-blog.com/500x491/4/02/55/89/images/bridesmaid.jpg
A la fin de la journée, la mariée doit se bander les yeux et envoyer son bouquet à ses proches encore célibataires. Celle qui l’attrape est censée être la prochaine à se marier
http://image-parcours.copainsdavant.com/image/750/5068769962/2488984.jpg 
Le lancer du riz à la sortie de l’église symbolise la prospérité et la fertilité pour les nouveaux mariés. 

 

Années 90

http://www.notre-dame-des-champs.org/photos/berard_deschamps93008.jpg

Dans les années 20 un jeune homme apercevant une jeune fille qui lui plaisait, sans même l’aborder ni lui adresser la parole, envoyait quelqu’un (un parent ou un ami) voir les parents de cette jeune fille afin de lui demander sa main.
Si les parents acceptaient, le jeune homme se présentait alors et commençait à fréquenter la jeune fille. Il avait la possibilité de lui parler, mais toujours en compagnie d’une personne et toujours chez les parents de la fille. Même lors des sorties, ils étaient accompagnés : jamais on ne les laissait seuls.

Les fiançailles

Si tout allait bien, on arrivait aux fiançailles. Une grande fête était organisée avec parents et amis où la fiancée recevait sa bague de fiançailles. Dès lors, ils pouvaient se tenir par la main, s’embrasser à peine, sortir ensemble, mais toujours en compagnie du père ou de la mère, ou encore d’un autre parent.
Les fiançailles pouvaient durer très longtemps (parfois jusqu’à cinq ans) car tant que le garçon n’avait de logement pour créer son foyer, il ne pouvait se marier. Pour l’aménagement du logis, c’était le jeune homme aussi qui devait pourvoir aux meubles du séjour : table, chaises, buffet, … La jeune fille apportait la chambre à coucher (lit, armoire, chiffonnier, …) que ses parents lui offraient.
Il arrivait que durant cette longue période, le garçon ou la fille (voire même les parents) change d’avis. Les fiançailles étaient alors rompues.

Le mariage

Une fois les fiancés prêts, on fixait une date pour le mariage et les préparatifs commençaient : choix des demoiselles et des cavaliers pour le cortège, choix des vêtements, etc.
La demoiselle d’honneur (la première du cortège) n’était pas choisie au hasard car elle serait aussi la marraine du premier enfant et son mariage était prévu pour l’année suivante (donc déjà promise).
Les témoins, eux aussi, aussi étaient choisis avec soin. Ils devaient soit être célibataires de bonne conduite et pratiquant, soit mariés(es) menant une vie exemplaire et pratiquant et, pour ces raisons, les futurs mariés choisissaient toujours des personnes d’âge mûr.
Les vêtements : pour une jeune fille célibataire et vierge : la robe était longue, blanche avec un long voile. Elle portait à la main un bouquet de fleurs blanches et, pour celle qui le désirait, une couronne de fleurs blanches sur la tête. La demoiselle d’honneur devait forcément être en blanc (robe et bouquet). Les autres demoiselles portaient des robes de couleur.
Pour une jeune femme (vivant déjà maritalement) : l’habit (tailleur : veste et jupe ou robe normale) était en couleur avec un voile court ou un chapeau.

Le repas

On ne louait pas de salle pour la réception. Elle se faisait chez les parents et on aménageait la maison pour cette occasion en ajoutant des vérandas, des abris fait avec feuilles de cocotier tressées … La mairie pouvait également prêter une salle.
Chez les gens aisés, il y avait des faire-part et des cartons d’invitation. Chez les gens plus modestes, les parents des futurs mariés ou les fiancés eux-mêmes se rendaient personnellement aux domiciles des personnes pour les inviter à la noce.

L’eglise

Le mariage à l’église était annoncé durant les trois dimanches précédents le mariage. C’était la publication des bans. Le troisième
dimanche avant le dimanche du mariage, le curé annonçait le premier ban : « Mariage de M. Intel et de Mlle Intel ». Le deuxième dimanche, c’était le deuxième ban et le dernier dimanche le troisième ban.
Il y avait trois catégories de mariage, selon la hauteur des porte-monnaie :
Le « mariage première classe » : mariage pour les riches avec ornements, tapis, chants, et cloches sonnants à toutes volées.
Le « mariage deuxième classe » : mariage sans ornement, sans tapis avec un petit son de cloches.
Le « mariage troisième classe » dit populairement « béni promesse » : pas d’ornements, pas de cloches.
Les personnes (les grandes personnes c’est-à-dire les personnes d’un certain âge) qui vivaient maritalement depuis de nombreuses années se mariaient simplement, parfois très tôt le matin pendant ou après la messe, sans cortège. On ne se rendait même pas compte qu’il y avait un mariage. On appelait cela un « béni rété ».
Après la cérémonie, on recevait parents et amis. Il y avait le déjeuner de noces avec toujours du mouton. La fête se poursuivait dans la soirée avec des pâtés à la viande, amuse-gueule variés. Il y avait pas ou peu de champagne, plutôt du mousseux, des limonades et sodas et bien sûr des gâteaux (selon les moyens). Pas de dragées.

  la soirée

Pendant la soirée, la mariée, les yeux bandés, envoyait son bouquet sur les jeunes filles réunies autour d’elle et on disait que celle qui le recevait se marierait l’année prochaine. Le marié faisait de même avec ses gants avec les jeunes gens réunis en cercle autour de lui.
Vers minuit, les mariés s’éclipsaient discrètement. Ils rentraient chez eux pour reparaître huit jours plus tard. En effet, les jeunes mariés devaient rester chez eux sans sortir et sans voir personne pendant huit jours. Une personne était chargée de leur apporter à manger.
Si la jeune fille était vierge, le jeune homme devait aller, plus tard, en rendre compte à la maman de la jeune mariée pour la féliciter (elle avait bien élevé sa fille).
Après cette période de huit jours, le dimanche suivant en général, il y avait une nouvelle fête avec parents et amis : le retour du mariage.
Durant les jours qui suivaient, les jeunes mariés allaient dire bonjour aux personnes de leur voisinage (pour faire savoir à tous qu’ils étaient mariés).

Avec le temps, ces choses ont quelques peu évolué. A l’époque de nos parents (dans les années 50), le garçon et la fille se fréquentaient en cachette, sans que les parents soient au courant jusqu’au jour où la fille demande au garçon de se rendre chez ses parents afin de faire leur connaissance. Si le garçon avait de bonnes intentions, il se présentait alors chez les parents de la fille et leur demandait sa main.
La demande en mariage pouvait également se faire par écrit.
La jeune fille restait tout de même sous la surveillance des parents, bien que souvent, les deux amoureux arrivaient à se voir en cachette.